J'ai terminé il y a peu Bioshock. Je n'avais pas pu y jouer à sa sortie faute de machine capable de le faire tourner. Eh bien je peux désormais le compter parmi mes quelques jeux préférés.
Déjà il faut avouer que l'ambiance rétro-futuriste me parle particulièrement. Les années 50 sont les dernières années de la foi en le progrès, en la modernité, en l'avenir de l'humanité. Celles où on se voyait déjà conquérir d'autres planètes, embellir le quotidien pour tous. Cette ambiance est extrêmement bien rendue dans Bioshock avec sa ville utopique de Rapture : ses magnifiques décors, ses installations ultra modernes mises à la disposition de chacun, ses affiches colorées pleines de slogans positifs... Et cette atmosphère un peu trop joyeuse pour être honnête. Une fois de plus, dans cet échantillon de mythologie contemporaine, la science est allée trop loin, et a créé des monstres. La ville idéale n'est plus habitée que par des fantômes d'humains au cerveau crâmé par les modifications génétiques, qui ne peuvent plus que singer leur vie. Le vernis de l'avenir promis n'en finit pas de craqueler, comme dans cette magnifique scène du dernier Indiana Jones (voir un précédent billet) où une explosion atomique réduit à néant un village factice peuplé de mannequins souriants.
Bioshock1
Quel genre d'homme a pu créer Rapture ? Quel genre d'homme a pu la détruire ?
Quel genre de population a pu vouloir vivre une société différente au fond des océans ? Quel genre de population a pu se laisser conduire à sa propre perte ?
Passionnantes questions qui sont traitées avec une impressionnante maîtrise par le jeu. A la fois par l'évolution de la ville, quartier par quartier, qui permet au joueur de revivre en différé les récents événements, et par les quelques scènes entraperçues au fil du parcours, ou révélées par des détails du décor. Mais surtout par les enregistrements audio que l'on découvre parsemés un peu partout. Les principaux acteurs du drame qui est sur le point de s'achever au moment où on arrive ont laissé des témoignages de leur propre histoire, à l'intention d'eux-mêmes, ou de personne. Ce sont parfois des quidams, parfois ceux qui tirent les fils, mais cela contribue de manière extrêmement vivante à recréer tout ce qui s'est passé, leurs sentiments, leurs espoirs, leur stratégie, et les relations relativement complexes qui tissent la trame de l'histoire.
La façon d'amener le scénario dans Bioshock est tout simplement admirable. Sans aucun manichéisme on assiste aux luttes qui ont mené la ville à sa quasi destruction. Qui est responsable ? Son créateur, qui s'est pris pour Dieu ou pour un tyran ? Son rival, pour qui même les idéaux sont commercialisables ? La foule, prête à suivre le plus fort, prête à acheter l'inachetable, à hypothéquer demain pour un aujourd'hui qui brille ?
Le jeu réussit à poser toutes ces questions avec intelligence, sans apporter de réponses convenues. Qu'il s'agisse de Ryan, le créateur, ou de Fontaine, le destructeur, aucun des deux n'est complètement mauvais ou complètement positif. L'un est plus darwiniste, l'autre plus nihiliste, mais tous les deux semblent profondément anti-humanistes. L'humanité est-elle capable de changer et d'oeuvrer ensemble pour un avenir plus juste et meilleur ? Une question que je me suis souvent posée quand je militais dans une organisation politique qui croyait à la révolution.
Bioshock2
Pour la population de Rapture, l'état d'esprit aura plutôt été "après moi, le déluge". Il est assez ironique que la ville, en état de décomposition, soit justement menacée par les eaux puisque construite sous l'eau. Partout l'eau s'infiltre, des quartiers sont inondés, des verrières menacent de rompre... La ville ne risque pas juste de devenir une ville fantôme abandonnée par sa population, mais bien d'être détruite dans le fracas d'une catastrophe. Ce qui lui confère une aura toute biblique digne d'une parabole.
Heureusement on nous épargne en revanche le discours para-religieux sur le thème "manipuler la vie c'est mal". Si Rapture est détruite, ce n'est pas par la colère divine, mais uniquement par la main de l'homme. Ce n'était pas Gomorrhe, mais une société crédible, peut-être enviable, en tout cas tentante et fascinante.
Aussi fascinante que Bioshock, le jeu. J'attends avec impatience la suite qui devrait sortir cette année, ainsi que le film qui devrait en être tiré.