Deux perles du jeu un peu indie, parmi les trouvailles dispo en téléchargement : World of Goo (que j'ai sur Wii) et Braid (XBox Live Arcade)... J'ai adoré les deux pour plein de raisons que je ne vais pas détailler ici (gameplay, graphismes, originalité...) mais c'est entre autres le scénario qui m'a interpelée.
Une sorte de meta-histoire, une narration presque abstraite, pleine de trous, d'ombres, de non-dits... Et surtout une histoire qui parle à demi-mots du gameplay lui-même.

World of Goo met en scène des boulettes vivantes qui permettent d'édifier des structures branlantes afin de conquérir de nouveaux territoires ou de faire transiter des éléments... Mais à quel prix ? Celui du sacrifice, car il y aura toujours une partie des boules qui restera en arrière, sacrifiées pour que les autres puissent aller plus loin, plus haut... Sacrifice des boules de "moindre valeur" : les moins utiles, les moins "belles", les plus communes. Et tout cela dans un but totalement absurde d'auto-conservation du rien, comme on finit par le comprendre (ça doit paraître obscur à ceux qui n'ont pas joué, désolée pour eux).
Bien sûr toute cette "aventure" peut être vue comme une parabole de notre monde, de notre place dans la société, dans le monde de l'entreprise, ainsi que comme une critique des réseaux d'informations en phase de saturation.
Mais c'est aussi une façon de mettre le gameplay en narration : le jeu et sa conquête du rien, ses choix simplement logiques et tactiques devenant des péripéties épiques et émouvantes... "Et les boules de Goo comprirent qu'elles ne reviendraient jamais..."

     goo1    World_of_Goo   

Dans Braid on nous parle de fautes commises dans le passé ou le futur, de culpabilité et d'incompréhension : ne pourrait-on pas revenir sur ses erreurs, décider qu'elles n'ont pas eu lieu, ou être récompensé de ce qu'on aura appris en se trompant ? On nous parle du malaise à l'évocation du passé ou de l'avenir : décalage avec ce qu'on a été, ce qu'on aurait voulu être, ce que les autres en pensent. Ça fait longtemps que l'humain rêve de manipuler le temps et de le rembobiner à loisir... Et c'est justement ce que nous propose le gameplay du jeu. Le génie de Braid est d'intégrer le game over à la façon de jouer. Il faut parfois mourir pour progresser, il faut revenir en arrière dans le temps, annuler des actions, sachant que certaines choses sont imperméables au sens du flux temporel.
Chaque chapitre est introduit par un vrai petit texte littéraire, et chacun de ces textes est étroitement lié au gameplay spécifique du chapitre. C'est extrêmement bien fait et passionnant.

      braid

Dans World of Goo comme dans Braid, gameplay et scénario sont étroitement liés, l'un n'a pas de sens sans l'autre, et l'ensemble nous parle autant de la vie que du jeu en général. Une telle maîtrise, une telle intelligence me laissent complètement séduite.